18/11/2008

LETTRE D’UN PARENT DE TROIS ELEVES

JE SUIS POUR :
La suppression du samedi et la semaine de 4 jours ne tenant pas compte du rythme de mes enfants,
Les nouveaux programmes alourdis avec moins d’heures pour apprendre permettant à mes enfants d’être mis en difficulté,
La suppression du Réseau d’Aide aux Enfants en difficulté (RASED) qui permettra de faire des économies sur le dos et le cerveau de mes enfants,
Les classes surchargées, grâce au nombre d’élèves en hausse en primaire et à la suppression de postes d’enseignants,
L’aide personnalisée pour que mes enfants finissent certains soirs à 17 h 30 et rentrent très fatigués,
L’appel d’offre du ministère de l’Education afin qu’il contrôle l’opinion sur internet,
M. Darcos qui affirme que les parents plébiscitent sa nouvelle réforme et tout ce qui en découle,
Le non-avenir de mes enfants car il faut qu’ils aient conscience dès leur plus tendre enfance que la vie est dure,
Etre enseignante en maternelle pendant qu’il en est encore temps pour changer les couches et surveiller la sieste des petits,
Le projet des jardins d’éveil payant pour les familles remplaçant l’accueil des enfants de deux à trois ans….. et pourquoi pas jusqu’à 6 ans,
Pour toutes ces raisons et bien d’autres non énumérées, je participerai à la manifestation ce jeudi 20 novembre et n’enverrai pas mes enfants à l’école ce jour-là !!!
Rendez-vous Jeudi Place du Champ de Mars 14 h 30 à VALENCE
Je compte sur vous, parents d’enfants scolarisés, pour affirmer haut et fort que tout va bien dans l’Education Nationale.

Ce tract était distribué par une maman à la sortie du groupe scolaire Louis Aragon/Elsa Triolet. Bravo et merci pour son engagement.

2 commentaires:

Les élucubrations du vieux rouge a dit…

L'éducation, la santé, les services publics en général : tout est bon pour faire des économies. Il y a de l'argent pour renflouer les banques mais pas pour le reste...
GR

Anonyme a dit…

Les écarts se creusent entre les bien lotis et les autres. Les bons s'en sortiront toujours, pour les autres, la chute ne sera pas douloureuse car il n'y aura eu aucune ascension.
Il y a ceux qui se lèvent tôt et nos gosses qui se couchent tard.

La liste pourrait être complétée dans le secondaire.
Je parle de mon domaine: l'EPS.
Les politiques veulent plus de sport dans l'école (et moins d'EPS, économies obligent).
Le sport, le fair play, respecter l'adversaire, les règles, l'arbitre, accepter la défaite, que le meilleur gagne. "Si tu perds c'est que t'es moins bon, moins performant. T'es pas assez compétiteur!"
"Si t'es au chômage c'est que...
Si t'as pas réussi ta scolarité c'est que..."
Le réveil est difficile. Y aura-t-il une révolte?
Raph